Feng Shui

Le Feng Shui est l’art taoïste de s’accorder avec son environnement. Ses fondements s’appuient sur l’antique science chinoise des énergies naturelles dont sont issus l’acupuncture et le Qigong moderne. Sa philosophie intègre les plus hautes conceptions de l’univers.

Dans ces méthodes, le Feng Shui (littéralement Vent-Eau) utilise tour à tour l’empirisme, l’analyse et la synthèse. Tout comme l’acupuncture, il s’appuie sur des textes classiques comme le Traité des Plaintes et des Montagnes. Selon les anciens taoïste qui découvrirent les règles de l’harmonie de l’environnement, il existe une force vive, invisible, qui circule dans tout environnement.

Cette force est en essence la même qui traverse les organes vitaux d’un corps humain. Les anciens Chinois la nomment Qi. Ce souffle vital, de nature spirituelle, peut être abondant dans un site et déficient dans un autre. Tout comme l’être humain doit s’entraîner à faire circuler son Qi pour rester en bonne santé, les énergies de l’environnement doivent se déplacer avec fluidité et puissance. A cette condition, le site sera baigné d’une énergie florissante propice à la santé, aux activités intellectuelles ou commerçantes.

Section Vidéo & Documents

Vous trouverez dans cette section quelques vidéos et documents qui vous permettront de découvrir le Feng Shui dans son approche générale.

Guide d'initiation au Feng Shui

Imineo / Juillet 2013

Un guide indispensable à quiconque s'intéresse à cette discipline surprenante. Le Feng Shui a été pendant des siècles un mode de vie pour des millions d'orientaux. Il est devenu aujourd'hui une pratique de plus en plus répandue dans le monde occidental. Le Feng Shui a pour objectif de parvenir à un équilibre, l'équilibre des personnes elles mêmes et celui qui règne entre les personnes. Pour y parvenir une harmonie doit être créée entre tous les aspects de la vie dans les maisons. Il faut supprimer tous les obstacles et objets inutiles. La pratique du Feng Shui stimule la libre circulation de l'énergie positive qui à son tour diffuse sa positivité sur tous les aspects de la vie.

Le chiffre Kua ou Ming gua

Caroline David Keskin / Avril 2017

Caroline David Keskin maître feng shui à la Amindigo Académie, vous révèle aujourd'hui comment il faut réellement calculer le chiffre Kua ou Ming Gua feng shui de la maison et des occupants. Vous allez être vraiment surpris !

FENG SHUI – Harmonie des lieux

Garlin Ludovic - Synthèse d'un livre / Septembre 2015

INTRODUCTION : L’ART DU FENG SHUI

L’ART DE VIVRE AVEC SON ENVIRONNEMENT

Le Feng Shui est l’art taoïste de s’accorder avec son environnement. Ses fondements s’appuient sur l’antique science chinoise des énergies naturelles dont sont issus l’acupuncture et le Qigong moderne. Sa philosophie intègre les plus hautes conceptions de l’univers.

Dans ces méthodes, le Feng Shui (littéralement Vent-Eau) utilise tour à tour l’empirisme, l’analyse et la synthèse. Tout comme l’acupuncture, il s’appuie sur des textes classiques comme le Traité des Plaintes et des Montagnes. Selon les anciens taoïste qui découvrirent les règles de l’harmonie de l’environnement, il existe une force vive, invisible, qui circule dans tout environnement.

Cette force est en essence la même qui traverse les organes vitaux d’un corps humain. Les anciens Chinois la nomment Qi. Ce souffle vital, de nature spirituelle, peut être abondant dans un site et déficient dans un autre. Tout comme l’être humain doit s’entraîner à faire circuler son Qi pour rester en bonne santé, les énergies de l’environnement doivent se déplacer avec fluidité et puissance. A cette condition, le site sera baigné d’une énergie florissante propice à la santé, aux activités intellectuelles ou commerçantes.

Selon les taoïstes, Le Feng Shui d’un lieu peut affecter :

  • Notre santé physique ou nerveuse.
  • Nos relations familiales ou professionnelles.
  • Notre comportement.
  • Notre créativité.
  • Notre capacité à entreprendre et à intéresser d’autres personnes.

C’est pourquoi le Feng Shui est fort prisé dans les milieux d’affaires en Chine, en Corée, à Singapour, à Taïwan et au Japon. Certains hommes d’affaires américains s’y intéressent aussi et des journaux comme le sérieux Fortunes y ont consacré des articles entiers.

J’ai commencé à m’intéresser au Feng Shui en 1981, sur les conseils d’un ami chinois. Au début, cette quête me semblait bien obscure : calculs à l’aide d’une boussole sophistiquée, mesures sur le terrain, recherche des flèches empoisonnées, calculs astrologiques…

Petit à petit, le schéma directeur des principes prit forme. En fait, il n’était pas bien différent du diagnostic traditionnel de la médecine chinoise auquel j’étais habitué. Avec cette vision dynamique et impermanente du lieu, je commençai à étudier les sites naturels, les villes sur plan, puis enfin les maisons et les appartements.

J’en vin rapidement à la conclusion que le Feng Shui le plus ancien historiquement est aussi le plus efficace. Il s’agit du Feng Shui de l’école des formes qui consiste à interpréter les variations des formes de l’environnement.

Cette lecture simple et directe apporte un regard neuf sur les choses, qui conforte nombre de principes traditionnels d’architecture d’intérieur : « Objets inanimés avez-vous donc une âme ? »

L’espace devient alors une sorte de mandala dont l’harmonie peut être restaurée par quelques aiguilles placées aux points stratégiques, sans bouleversement inutile.


STYLES DE FENG SHUI

La connaissance du Feng Shui s’est transmise de génération en génération. Les livres qui nous sont parvenus ne comprennent pas la totalité de l’enseignement profond de cet art millénaire de l’interprétation de l’environnement.

La perception subtile de l’environnement s’approche de la perception spirituelle comme le prouve Wang Liping, taoïste contemporain, en observant de simples nuages s’élever d’une vallée :

« Les quatre formes sont en dysharmonie. L’atmosphère de la montagne est sombre. Le chaos qui règne sur tout le pays va se prolonger encore quelques temps. »

Traditionnellement, le Feng Shui fut révélé par le maître taoïste du Sapin rouge : Chi Songzi, lui même disciple du maître de la Pierre jaune.

Actuellement le Feng Shui moderne compte quatre influences principales :

  • L’école du Vide parfait et des Cinq Eléments, qui s’appuie sur l’interprétation des émanations des cinq éléments traditionnels dans l’environnement.
  • L’école des Cinq Eléments plus classique qui interprète directement les formes et les couleurs des cinq éléments.
  • L’école des Entrées étonnantes basée sur les anciens classiques du Feng Shui tel le Traité des Dragons aquatiques.
  • L’école des Neuf Etoiles et des Huit Directions qui s’appuie sur des calculs biorythmiques et sur l’usage du compas de Feng Shui : le Lo Pan.


OUVRIR LA PORTE DU DRAGON

Nous allons surtout aborder l’interprétation des sites selon l’école des Formes et des Eléments. Nous y avons ajouté quelques principes de l’école du Compas plus ésotérique et moins visuelle.

L’avantage de l’étude des formes dans le Feng Shui est qu’elle permet à l’amateur d’aborder le Feng Shui de façon progressive et d’avancer seul avec les données de base et l’intuition. L’école des Formes aiguise les perceptions subtiles de notre environnement et nous montre la face cachée des choses. Elle permet de lier le rationnel et l’irrationnel, car le Feng Shui reste avant tout un art dans lequel se forge un nouveau regard.

Le flux de l’impermanence et la danse des énergies sont la nourriture de l’expert en Feng Shui. Comme le peintre taoïste ou le calligraphe, celui-ci tente de saisir l’essence fondamentale de la vacuité derrière les phénomènes apparents. Quoi de plus simple et de plus merveilleux que de découvrir son propre environnement sous l’angle du Feng Shui, et d’y apporter une simple touche d’harmonie.


CHAPITRE 1 : L’ENERGIE DU PAYSAGE

LE DRAGON CACHE

La beauté du paysage a soulevé le cœur des poètes de toutes les cultures. Les romantiques occidentaux lui ont donné une âme et les philosophes chinois y voient le reflet de la trame des choses, un tissu d’énergies en mouvement incessant, dissimulant la vacuité essentielle.

Pour l’expert en Feng Shui, deux clés de lecture se cachent derrière les monts, plaines et vallées :

  • L’ombre et la lumière de l’inséparable Yin-Yang.
  • Le jeu irisé des cinq mouvements fondamentaux de l’énergie : le Bois, le Feu, le Métal, l’Eau et la Terre surpris dans leur danse cosmique.


Les outils du Feng Shui

Nos premiers outils dans cette quête de l’harmonique de l’environnement seront les symboles simples de la voie du Tao.

Yin-Yang, l’ombre et la lumière se poursuivent dans le mouvement sans fin du Taiji, le faîte suprême. Yin et Yang sont indicibles, ils se complètent et se transforment l'un en l'autre. A un instant donné, on peut cependant en saisir le rapport, impermanent par essence. La bonne santé dépend de l’équilibre et de l’alternance de ces deux pôles.

Les cinq mouvements fondamentaux, symboliquement liés aux éléments naturels, représentent les cycles biologiques, émotionnels et psychiques de la vie. Ce sont les saisons de la forme, la relation entre la matière et le temps relatif de notre environnement.

Les huit trigrammes du Yijing, ce système binaire ancien, représentent les transformations de l’énergie. Leurs combinaisons expliquent les dix milles choses. Ils sont basés sur l’expérience du Grand Illimité et du Petit sans contenu...

Ces symboles ne seront pour nous que des clés, des outils dont nous comprendrons l’unité en les employant.


Feng Shui et libre arbitre

Choisir son environnement n’est pas chose facile, on doit tenir compte de sa propre situation : famille, travail, moyens de communication... Et les moyens financiers ne sont jamais illimités.

Cependant, il est des conditions dans lesquelles un choix se présente : pourquoi préférer cette maison à cette autre, ou pourquoi louer tel appartement plutôt que tel autre ?

Souvent nos choix sont uniquement guidés par notre sens de l’esthétique ou tout simplement une intuition. Celle-ci se révèle parfois exacte mais, assez souvent, la magie s’enfuit et l’on reste à devoir vivre dans un environnement que l’on peut vite juger hostile.

Les taoïstes nous disent qu’il existe une lecture énergétique de notre environnement et qu’avec l’aide de simples règles de bon sens et de la tradition on peut éviter bien des déconvenues.

La lecture énergétique de l’environnement est en fait la véritable utilité du Feng Shui dans le monde moderne. Elle permet une évaluation pertinente qui nous met en accord avec le milieu naturel, même si celui-ci peut nous apparaître difficile au premier abord.


Feng Shui et paysages

Le paysage peut nous sembler de prime abord évident : il plaît à nos sens ou nous le refusons. Derrière cette vision subjective existe une lecture énergétique élaborée par les taoïstes chinois depuis le célèbre Traité du Dragon aquatique.

Dans l’absolu, le paysage idéal, riche en énergie vitale (le Qi), est doté des caractéristiques suivantes :

  • Des collines doucement vallonnées.
  • La présence de tous les éléments naturels (eau, végétation, roches, terre).
  • L’équilibre Yin-Yang est parfait : ni trop sombre, ni écrasé par le soleil.
  • La qualité de l’air et l’absence de vents violents protègent le lieu.
  • Les quatre directions cardinales sont valorisées.
  • Aucune maladie de Feng Shui ne vient polluer les lieux.

Nous étudierons toutes ces caractéristiques en essayant d’en tirer des leçons pour le monde moderne et les sites urbains.


Quatre directions

Les plus anciens traités du Feng Shui font référence aux quatre animaux symboliques qui veillent sur chaque direction cardinale.

  • A l’Est ou à votre gauche, le Dragon vert représente les collines verdoyantes qui devraient protéger votre site.
  • A l’Ouest ou à votre droite, le Tigre blanc symbolise une petite élévation qui devrait être plus basse que le Dragon vert.
  • Au Nord ou derrière vous, la Tortue noire protège l’habitat des vents froids.
  • Au Sud ou devant vous, le Phénix rouge et ses montagnes visibles au loin vous laissent profiter de l’ensoleillement.

Le site idéal du Feng Shui est un peu comme le Saint-Graal, il n’existe que pour quelques bienheureux. En fait, chaque site, comme chaque être, présente des qualités et des défauts. Le Feng Shui permet d ne pas succomber aux défauts et de préserver les qualités d’un site. Le langage imagé du Feng Shui doit être pris au second degré, il concerne le monde de l’énergie et de ses symboles.


Les flèches empoisonnées

Il est important de savoir reconnaître immédiatement la pollution d’un environnement. Ce défaut du site n’est pas toujours lié à une faute écologique humaine.

Par exemple, certains lieux isolés peuvent très bien être « pollués » énergiquement du point de vue du Feng Shui. Ces endroits sont déclarés viciés par des flèches empoisonnées (Sha), parfois difficiles à détecter. Par contre, les effets de ces énergies peuvent être repérés facilement, en voici quelques exemples :

  • L’herbe est d’une couleur souvent « sale » : brune, rousse, trop claire ou trop foncée.
  • Une odeur naturelle désagréable empeste les lieux.
  • Le sol est trop humide ou trop sec.
  • Les animaux semblent absents de l’endroit (oiseaux en particulier), ou l’endroit est infesté de moustiques et d’insectes agressifs.

Nous verrons plus loin comment reconnaître les flèches empoisonnées dans un environnement urbain.


L’énergie luxuriante

Sheng Qi est l’énergie vitale ardente, luxuriante. Elle semble jaillir du sol, des cours d’eau et de l’air. Ces endroits bénis dispensent la quiétude et la lumière. Ils sont souvent répertoriés comme de beaux paysages, mais ils peuvent aussi être cachés, inconnus.

Les anciens taoïstes considéraient ces lieux comme sacrés et propices à la retraite et à la méditation. Quelques signes permettent de les reconnaître :

  • Une végétation riche et luxuriante.
  • Le sol est fertile sans être trop humide.
  • A la saison, les fleurs poussent abondamment.
  • Remarquez aussi la présence des oiseaux et des papillons au printemps.
  • L’endroit n’est pas trop exposé aux regards, il semble caché et se mérite par un détour.
  • Les villages avoisinants sont accueillants et coquets.
  • Les collines ou élévations autour ne présentent ni relief agressif ni roches apparentes.

Sur ces bases simples, nous allons apprendre à déchiffrer le paysage.


Roches apparentes

Les plus anciens textes du Feng Shui mettent en garde contre la présence de rochers apparents dominant le village ou la maison. Cette assertion doit être relativisée. Des formations rocheuses dénudées et menaçante constituent certes une épine dans le dos du Dragon. Le Qi affleure à cet endroit et provoque une flèche empoisonnée. La forme des roches doit être évaluée :

  • Des roches arides, aux formes irrégulières et brutales, constituent une menace pour le Feng Shui harmonieux.
  • Des rochers gracieux, entourés de végétation luxuriante, aux formes douces et rassurantes, sont au contraire une source de Qi vif, une sorte de saignée vivifiante dans les veines du Dragon.

Comme souvent dans le Feng Shui, la première impression est la bonne. Lorsque, pour la première fois, vous découvrez votre future habitation, ces roches vous apparaissent-elles comme rassurantes et familières ? Ou, au contraire, vous font-elles penser à quelque géant patibulaire qui viendra hanter vos rêves ? Par exemple, la baie de Hong Kong comporte à la fois des roches vitalisantes et des roches menaçantes pour le Feng Shui.


Face à l’océan

La proximité de l’eau semble souvent un plus lors du choix d’une habitation. Qui ne rêve d’étendues maritimes ou fluviales : « Homme libre, toujours tu chériras la mer... ».

La vue sur une vaste étendue d’eau apporte une énergie vivace au lieu d’habitation. Cependant, il n’est jamais souhaitable de se trouver en bordure de l’eau, en particulier sur le rivage même, comme, par exemple, au bord de la plage.

Selon les experts du Feng Shui, il est préférable de se trouver sur un endroit élevé, qui domine la mer, le lac ou le fleuve.

Si la porte d’entrée de la maison ou de l’immeuble se trouve face à l’étendue d’eau en surélévation, le Feng Shui du lieu est fortement renforcé, tant pour la santé que pour les domaines plus subtils de la créativité et de la stratégie.

La qualité de l’air et de l’eau est aussi primordiale. Par exemple, une eau réputée polluée ou impropre à la vie aquatique ne peut apporter qu’une énergie de faible capacité hygiénique.


Rencontres au sommet

Les monastères taoïstes étaient souvent installés sur le flanc des montagnes. Le sommet était considéré comme une sorte de sanctuaire, propice à la prière et à la méditation, mais pas à l’habitation.

Le sommet d’une élévation naturelle est l’endroit où les énergies de la Terre et du Ciel se rencontrent. L’histoire de l’Occident compte aussi de nombreux sites entre le Ciel et la Terre, même si l’élévation est faible : le Sacré-Cœur, la cathédrale de Chartres, Montségur, le Mont Saint Michel, l’Acropole, la colline de Glastonbury...

Habiter au sommet d’une colline, c’est vivre sur la corde raide, loin de toute source d’eau. Symboliquement, l’eau représente les richesses matérielles dans le Feng Shui.

On peut aussi considérer que le sommet d’une élévation est propice pour les richesses spirituelles, mais moins pour la fortune matérielle. Le Qi du sommet de la colline est trop vif pour les constitutions fragiles et risque d’apporter une qualité trop « électrique » dans les méridiens d’acupuncture.

Les constitutions colériques souffriront particulièrement de cette surtension.


Ombres et lumières

Un paysage est fait d’ombres et de lumière, d’élévations et de vallées, de couleurs semblables ou contrastées. Les anciens taoïstes avaient conçu leur première interprétation des idéogrammes Yin et Yang selon les variations du paysage :

  • Yin représente le côté obscur de la montagne, le royaume de l’ombre et du sommeil, la matière et le calme, le doux, le froid, l’eau et l’aspect naturel.
  • Yang représente le côté ensoleillé de la montagne, la lumière et l’activité, le mouvement et l’expansion, la chaleur, le domaine de l’immatériel et l’aspect patriarcal.

Loin d’être fondamentalement opposés, ces deux apparences de toute manifestation sont complémentaires pour décrire la réalité objective.

Lire Yin et Yang dans un paysage, c’est chercher les harmonies entre le haut et le bas (montagnes et vallées), l’ombre et la lumière (ensoleillement et zones d’ombres). Habiter dans une vallée encaissée et privée de soleil la majeure partie de la journée est un exemple de déséquilibre du point de vue du Feng Shui, autant que de se trouver dans une plaine écrasée par le soleil et le vent.


Les veines du Dragon

Les plus anciens traités du Feng Shui décrivent avec force détails les différentes configurations de paysages escarpés afin de mieux évaluer ce qu’ils nomment les veines du Dragon.

Ces veines peuvent être fortes ou faibles, harmonieuses ou irrégulières. Elles sont semblables aux trajets d’acupuncture dans le corps humain.

Les configurations suivantes sont les plus courantes :

  • Le Dragon en développement : les élévations qui l’entourent sont de plus en plus imposantes. Configuration favorable à la prospérité matérielle.
  • L’apparition du Dragon : cette seconde configuration semblable à la précédente ressemble à un œuf qui éclôt. Cette énergie est particulièrement favorable aux activités nouvelles.
  • Le Dragon en plénitude : cette dernière configuration montre une plus grande diversité, l’environnement agit ici comme une barrière protectrice et harmonieuse. Cette énergie apporte puissance et assises solides.


Dragons en berne

Ces configurations (vues de haut) sont les moins favorables. Le Dragon s’amenuise : cette figure est l’inverse du Dragon en développement. Ici, le paysage fuit vers la plaine, et les montagnes les plus hautes sont les plus proches. C’est le cas des villes situées au pied des plus hauts sommets. L’énergie y est écrasée et dominée, comme la vie de ceux qui y habitent, sujette aux fluctuation des cycles.

Le Dragon renversé : on le nomme aussi le Dragon sur le dos. Au lieu de protéger le site d’habitation, les montagnes tournent le dos. Les experts de Feng Shui prévoient des problèmes juridiques pour les familles qui habitent ces lieux.

Le Dragon malade : l’impression générale dégagée par le paysage est celle d’une dysharmonie, d’un déséquilibre. Celui-ci affecte l’énergie vitale de l’environnement et provoque une instabilité sociale et affective.

Ces conseils antiques se révèlent utiles si l’on a la chance de sélectionner son environnement et si, de plus, on peut choisir le lieu d’habitation au sein d’un environnement naturel escarpé.


Histoire d’eau

Nous avons vu plus haut que la présence de grandes étendues aquatiques peut se révéler une source vitale pour l’environnement. Mais l’eau peut être aussi destructrice. Lao Zi, le philosophe taoïste, la reconnaissait comme la force la plus puissante de l’univers.

  • Le paysage de falaise escarpée que la mer vient battre est certes un exemple d’énergie aquatique débridé. Cependant, comme dans une telle configuration, les habitations sont souvent situées au-dessus de la mer, l’action destructrice de l’eau ne les affecte pas.
  • Les habitations situées près de rivières ou de fleuves coulant avec fougue sont un autre exemple d’emplacement indésirable car l’énergie de l’eau y est trop accélérée. Là encore, la solution consiste encore à choisir une habitation en position dominante.
  • Le dernier emplacement négatif en rapport avec l’eau est la présence d’eau stagnante ou polluée près de l’habitation. Par exemple, un complexe industriel installé au bord d’un lac gâche l’énergétique du lieu du point de vue du Feng Shui.


Végétation et Feng Shui

La végétation constitue un bon moyen de repérer les énergies qui circulent à la surface de la terre. Le principe de la voie du Milieu règle encore les considérations de l’expert en Feng Shui. Ainsi, on devra éviter :

  • Les zones trop arides, pauvres en énergie nourricière Yin.
  • Les endroits où l’herbe est jaunes ou rousse, brûlée par le soleil ou le vent.
  • La végétation trop luxuriante qui étouffe le paysage, enlève la notion d’espace, cache le soleil et rend l’endroit humide.
  • Les paysages agricoles monotones, privés d’arbres, où la culture intensive a enlevé à la nature sa spontanéité.

On choisira au contraire :

  • Des sites pourvus d’arbres. Même en milieu urbain, les arbres sont souvent les aiguilles d’acupuncture vertes de la terre.
  • Les sites aux couleurs variées et chatoyantes, signes d’une énergie abondante.


CHAPITRE 2 : ENVIRONNEMENT DIRECT

SUR LE PAS DE LA PORTE

L’environnement direct est certainement celui qui a le plus d’influence sur notre jugement concernant notre habitation. De nombreuses personnes désirent changer de logement pour des problèmes de nuisances, de bruit, de voisinage.

Un sondage récent a révélé, à la grande surprise des pouvoirs publics, combien la pollution par le bruit était importante. Ces nuisances engendrent des troubles sur la santé et le système nerveux des citadins. Trop souvent, les élus font peu de cas des doléances individuelles et aggravent un environnement déjà chargé par leur folie des grandeurs.

Le Feng Shui reconnaît la force de l’environnement direct : une habitation plaisante à l’intérieur peut être gâchée par ce que l’on découvre sur le pas de la porte.

La porte principale de la maison sera le point de référence de toutes les pages qui vont suivre.

Pour l’expert en Feng Shui, l’environnement direct autour de l’entrée principale de la maison va être le premier point de référence dans son diagnostic général :

  • Que voit-on en se plaçant sur le pas de la porte, le regard tourné vers l’extérieur ?
  • Quelle architecture conduit à la porte : trottoir, jardin, couloir, allée, escalier ?

La porte d’entrée est la bouche énergétique de la maison ou de l’appartement.

Que l’on vive en maison individuelle ou en immeuble, la porte d’entrée fournit l’apport d’énergie tellurique à l’habitation.

Ceux qui vivent en immeuble devront, aussi, considérer l’importance de la porte d’entrée de l’immeuble et son environnement.


La maison au bout du chemin

Elle se situe au bout de la rue, comme dans un cul-de-sac. Du point de vue du Feng Shui, on considère que la circulation du Qi de la rue vient frapper de plein fouet cette maison, sans ménagement. Cette situation est semblable à un canon pointé juste sur la maison.

Les anciens taoïste considèrent qu’une telle situation ne peut qu’engendrer de la fatigue (stress, perte de vitalité) et des comportements erratiques pouvant mener à des accidents.

La solution consiste à déplacer la porte d’entrée latéralement, de façon qu’elle ne soit pas juste au centre de cette « attaque ».

Si la route se dirige vers l’arrière de la maison, c’est un moindre mal. Beaucoup de choses seront faites « derrière votre dos ».

La solution consiste à utiliser un miroir de Feng Shui (cf. chapitre des remèdes) afin de refléter la route et lui renvoyer son image.

Le miroir peut, bien sûr, être caché derrière un panneau de bois.


La maison tangente

Les effets négatifs décrits précédemment sont amenuisés si la maison se trouve à l’extérieur d’une courbe, mais ils existent encore.

Dans ce cas, la maison ou l’immeuble sont situés sur la partie convexe d’une route. Le Feng Shui met en garde, dans ce cas, contre les risques de hauts et de bas dans la vie émotionnelle et financière. Un souci constant de voir les choses changer trop souvent et d’avoir du mal à stabiliser la situation.

Si la courbure de la route appartient à une voie surélevée, le risque est encore plus important.

En théorie, une énergie suivant une courbe harmonieuse ne pourrait qu’être bénéfique à la santé et au système nerveux. Cependant, dans ce cas précis, cette énergie n’agit que dans un sens, comme une force centripète.

La solution est la même que pour les deux exemples précédents et consiste à placer une sorte de filtre vert devant cette arrivée d’énergie indésirable. Cette fois, le déplacement de la porte sur la façade n’aura aucun effet.

Une solution de remplacement consiste à placer un miroir de Feng Shui sur la façade d’entrée dirigée vers cette route.


La flèche tirée vers la maison

Cette configuration est semblable à la précédente : mais cette fois c’est un angle qui frappe la maison. Le Qi est accéléré et rendu acéré par la disposition. Les experts de Feng Shui mettent en garde contre le risque de maladies psychosomatiques dans une telle demeure.

Ils soulignent aussi le risque de problèmes financiers permanents. Cet aspect du Feng Shui peut nous sembler divinatoire, cependant leur interprétation s’appuie plus sur une interprétation subtile des mouvements du Qi dans un tel environnement.

La solution consiste, comme précédemment, à éviter de placer la porte d’entrée principale de la maison en plein centre, à l’endroit où la pointe de la flèche est dirigée.

On devrait choisir un emplacement latéral pour cette porte. Si l’on vit à la campagne, on devrait protéger l’entrée d’une haie, la plus haute possible, ou à défaut d’un mur de pierre.

Dans l’art du Feng Shui des formes, on considère toute accélération de la circulation du Qi comme néfaste, tout comme un comportement stressé peut l’être pour un individu.


Exemples de flèches

Les flèches empoisonnées constituent le principal obstacle auquel il convient de remédier lorsque l’on considère l’apport du Feng Shui.

Il est parfois difficile de se représenter la nature d’une flèche empoisonnée. Il semble que le critère commun des experts de Feng Shui soit la présence d’une forme raide ou aiguë juste devant l’entrée principale de la maison :

  • Une simple maison au toit pointu située en face de votre entrée est l’exemple d’une flèche empoisonnée.
  • Un arbre situé devant votre porte d’entrée.
  • Une croix, un calvaire.
  • Un « bec de gaz », un mât.
  • Une ruelle en cul-de-sac donnant juste vers votre entrée principale.
  • Un croisement en Y dont le triangle est tourné vers votre entrée.
  • Une statue imposante placée à quelques mètres devant votre entrée (le pire est le fût d’un canon pointé vers vous !).


Le cercle protecteur

Le cercle que constitue un cours d’eau ou une route peut se révéler d’une grande utilité dans la circulation de l’énergie correcte du Feng Shui.

Par exemple, une maison placée près d’une route en boucle formant un S profitera d’une énergie vitale douce et régulière, et selon les anciens maîtres du Feng Shui d’une prospérité financière.

La situation d’une maison placée à l’intérieur d’une courbe est aussi favorable. Le point optimal de l’énergie se trouve à l’apex de cette courbe.

De même, une maison située sur les pourtours d’une place ronde bénéficiera de cette énergie positive engendrée par le cercle.

Les experts disent que, dans ce cas, les échanges avec le monde extérieur (travail, relations, ressources) seront favorisés par cette heureuse circulation.

Seule la position à l’extérieur du cercle est considérée comme défavorable.

Elle provoque, selon les experts, des pertes de vitalité et de biens.


Encore des flèches

D’autres situations courantes et moins évidentes peuvent être source de problèmes. Si le cercle exerce une action équilibrante sur l’environnement, de petites flèches empoisonnées peuvent être plus difficiles à déceler.

En voici quelques exemples :

  • Votre voisin d’en face a eu la bonne idée de placer sur son toit une rose des vents qui pointe souvent vers votre entrée.
  • Ou bien il a construit une remarquable cheminée d’architecture moderne tout en angles aigus.
  • Sa grande baie vitrée du premier étage reflète le soleil en plein sur votre entrée.
  • Votre entrée fait face à un trou étroit entre deux maisons, séparées de plus par un muret.
  • Votre voisin a construit un auvent ou une extension de sa maison, juste en face de votre entrée.
  • L’angle de la maison d’en face pointe juste sur votre entrée.

Cette liste n’est pas limitative et les petites flèches sont nombreuses.


Parer les flèches

Toutes ces flèches malveillantes peuvent être atténuées par divers moyens simples mais efficaces :

Lorsque la flèche est très nette et forte, le Feng Shui moderne utilise un miroir orienté vers la source du problème. Ce miroir peut être caché derrière des volets ou des panneaux de bois décoratifs. Il existe des miroir légèrement convexes qui sont encore plus puissants.

Hors les miroirs, il existe des solutions temporaires efficaces :

  • Protéger la porte d’entrée par un rideau d’intérieur.
  • Fermer les volets ou les stores à certains moments de la journée, pour protéger les pièces exposées aux flèches (en particulier la chambre).
  • Une solution traditionnelle des experts du Feng Shui : utiliser des pièces de monnaie anciennes (les vieilles pièces chinoises sont peu onéreuses), rondes avec un carré au centre, enfilées le long d’un cordon rouge et pendues le long de la porte d’entrée.


Environnement Oppressant

L’environnement direct ne présente pas toujours des flèches empoisonnées, mais il peut être oppressant par la présence de structures imposantes ou particulières. En voici quelques exemples accompagnés des conclusions des experts de Feng Shui :

  • Votre maison ou appartement se trouve face à une tour gigantesque. Les experts de Feng Shui parlent alors de sensation d’écrasement et de risque d’escroquerie.
  • Votre habitation fait face à un dôme : une sensation d’insécurité affectera l’éducation des enfants.
  • Votre maison fait face à une arcade couverte (par exemple un passage commerçant) : problèmes de santé.
  • Vous vous trouvez juste en face d’un pylône électrique : risques d’incendies et de problèmes nerveux.
  • Un grand immeuble jouxte votre maison sur votre droite : risque de querelles au foyer.

Hôpital ou cimetière juste face à votre porte d’entrée : cauchemars et troubles de santé étranges.


CHAPITRE 3 : L’HABITATION

DES FORMES

Trois points essentiels concernent votre habitation :

  • Son environnement immédiat.
  • La forme de son architecture et des pièces.
  • L’emplacement e la direction de la porte d’entrée principale.

Une maison est semblable à un être humain : elle doit être nourrie, aérée et protégée.

Que vous habitiez une maison, un appartement ou une simple chambre, votre habitation est une entité vivante et changeante.

L’art du Feng Shui consiste à évaluer les besoins simples et naturels de ce simple environnement en dehors des considérations mondaines sur l’esthétisme et les modes éphémères.


Des formes biscornues

Ces constructions sont certes esthétiques selon les critères de l’architecture moderne, mais elles sont en plein désaccord avec les règles de construction du Feng Shui.

Pour l’expert de Feng Shui, la maison idéale est bien carrée ou ronde. Plus personne n’habite dans une maison ronde, ainsi la norme la plus efficace en Feng Shui sera le carré ou le rectangle complet. La faute la plus importante pour un tel quadrilatère est de perdre un angle.

La perte d’angle équivaut à l’amputation d’un secteur énergétique qui varie selon l’orientation de la maison et des biorythmes de ses occupants. Sans entrer dans ces détails complexes réservés à l’expert, il suffit de comprendre qu’un angle absent affecte la quantité d’énergie disponible dans une maison.

On peut donc déduire que l’angle manquant peut apporter des fatigues physiques pour les habitants et qu’il doit être rempli selon les règles du Feng Shui.

Deux solutions s’offrent aux victimes de l’angle absent : construire une extension à cet endroit (remise, véranda…), ou placer une lampe extérieure au centre de l’angle absent.


Formes irrégulières

Pour le Feng Shui, les formes indésirables dans une construction sont les suivantes :

  • Une maison dont les fondations sont en forme de H (architecture moderne).
  • Une partie de la maison séparée du reste par un couloir ou une simple allée. Cette configuration concerne certains bâtiments achetés après la maison elle-même.
  • Une maison dont les fondations sont en forme se L. Cette configuration est assez fréquente, lorsque l’on a, par exemple, ajouté un garage.
  • Une maison dont le plan comporte des pièces de formes irrégulières présentant des angles aigus .
  • Une maison comportant des pièces de forme triangulaires.
  • Une maison comportant une toiture très pointue.
  • Une maison conçue comme un triangle ou comme une pyramide. Celle du Louvre en est un exemple flagrant.


Les cinq types de construction

Selon le Feng Shui, il existe cinq types majeurs de construction qui représentent en quelque sorte les cinq tempéraments des habitations.

Les taoïstes ont bien sûr appliqué leur modèle universel de lecture des cinq éléments :

  • Bois → La longueur des fondations domine.
  • Feu → La forme au sol tend vers le triangle.
  • Terre → On tend vers le carré parfait.
  • Métal → Le plan est en demi-cercle.
  • Eau → Les ouvertures sont importantes (baies vitrées, Velux…).

Bien entendu les types mixtes abondent, et chaque type de maison correspond mieux à des besoins précis.

  • Les types Bois et Terre font les meilleures maisons d’habitation.
  • La maison Eau risque d’engendrer l’insécurité matérielle.
  • La maison Feu est forte mais paroxystique.
  • La maison Métal est bonne pour le commerce.


Ambiance générale

La première impression en pénétrant dans une habitation est souvent la bonne : sensation d’humidité, éblouissement dû à un trop plein de lumière, ou d’obscurité. Là encore , les taoïstes ont appliqué leur modèle universel d’évaluation des énergies Yin-Yang à l’habitation :

Yin Yang
Obscurité Lumière
Fraîcheur Chaleur
Humidité Sécheresse
Lourdeur Légèreté
Confusion Clarté
Endormissement Eveil
Passé Futur

Ces données peuvent être captées par toute personne sensible aux ambiances. Par exemple, une maison trop sombre devra être éclairée par des tableaux aux teintes chaudes et claires, etc.


L’histoire des lieux

Pour les experts de Feng Shui, il est important de connaître l’histoire de la maison ou de l’appartement. En particulier, il est bon de connaître la raison de la vente de l’ancien propriétaire.

Cette investigation concerne aussi la raison de la vente d’un terrain à bâtir. Les lieux portent les empreintes de leur histoire, et en particulier de leur histoire la plus récente.

Bien qu’il soit impossible d’accéder à un lieu totalement neuf du point de vue des énergies, il faut cependant être vigilant pour les difficultés récentes liées à ce lieu :

Meurtres, suicides, maladies affectant tous les membres d’une famille et banqueroutes retentissantes.

Il est toujours souhaitable de venir habiter dans un nouvel endroit avec un esprit respectueux pour les êtres qui l’ont occupé.

En particulier, les experts de Feng Shui conseillent d’effectuer une petite purification symbolique de l’endroit, selon ses propres croyances. L’encens est souvent utilisé pour équilibrer l’énergie d’une maison récemment acquise.


Voisinage et domination

On choisit rarement ses voisins, et ceux-ci habitent peut être cet endroit depuis plus longtemps que nous. Nous pénétrons ainsi près d’une zone d’énergie humaine que nous ne maîtrisons pas. Le plus souvent cette rencontre se révèle fructueuse, mais parfois des frictions peuvent s’instaurer sans que les raisons en soient bien claires.

Dans tous les cas, il est préférable d’avoir une vue dégagée.

Le Feng Shui se méfie en particulier d’un voisinage qui domine spécialement notre habitation.

Par exemple, un immeuble imposant peut écraser le nôtre par sa taille, ou bien notre petite maison jouxte un grand building. On se sent un peu écrasé et cette situation ne peut qu’accroître notre paranoïa.

Il est difficile d’éviter cette situation et nous ne pouvons tout de même pas déménager facilement.

La solution consiste à se protéger et à refermer notre nid : rideaux et miroir de Feng Shui devront isoler notre serre pour notre bon développement.


La porte d’entrée

Toute étude de Feng Shui s’appuie au préalable sur la configuration de la porte d’entrée principale de la maison, de

l’appartement ou de l’immeuble. Les experts de Feng Shui considèrent qu’elle représente la bouche de l’habitation.

Elle apporte trois énergie fondamentales :

  • Le Qi de l’environnement nécessaire à la santé.
  • Les ressources matérielles indispensables à la vie.
  • Les relations humaines.

On devrait évaluer les paramètres suivants de la porte d’entrée :

  • L’unicité de cette porte : existe-t-il une autre entrée (garage, jardin, etc.) ?
  • L’orientation géomagnétique de la porte d’entrée – cette mesure s’effectuant toujours face à l’extérieur, comme si l’on sortait de chez soi – détermine le visage de l’habitation.
  • La confrontation générale de cette porte (architecture, forme, couloir…).


Entrée en matière

  • La porte d’entrée devrait être unique. Pour les experts de Feng Shui, entrer par le garage ou par une porte dérobée déséquilibre le Qi d’une habitation. Le fait de considérer deux portes comme les deux entrées principales d’une maison est un facteur aggravant.
  • L’entrée devrait être accessible sans avoir à emprunter un escalier tortueux ou escarpé.
  • Le premier pas dans l’habitation ne devrait pas déboucher dans un couloir étroit, car la circulation générale de l’énergie serait diminuée dans le reste de l’habitation.
  • Cependant, il est bon pour le Feng Shui de disposer d’un corridor ou d’une pièce qui joue le rôle de tampon avec le reste de l’habitation.
  • Si cette entrée donne sur plusieurs pièces, l’énergie sera bien répartie entre toutes les pièces de la maison.
  • Si la porte d’entrée est bordée de petites fenêtres latérales, on devrait les fleurir de façon à éviter une fuite de Qi nourricier de l’habitation. Cette mesure est de plus agréable à l’œil.


CHAPITRE 4 : INTERIEUR

LE CENTRE DU QI

Tout comme le corps humain possède un centre énergétique principal : le Xia Dantian ou Hara, chaque maison, appartement ou pièce dispose d’un centre énergétique : le centre du Qi.

D’après les anciens maîtres du Feng Shui, c’est ce centre invisible qui donne sa caractéristique, son ambiance à une habitation.

Plus qu’un simple lieu géographique, ce centre du Qi est un espace où les êtres humains qui vivent sous le même toit partagent leur énergie avec le reste de l’univers. C’est une sorte de vortex où les vibrations de l’environnement s’accordent avec celles de l’habitation.

De plus, chaque pièce possède ses propres caractéristiques que nous apprendrons à connaître.


Localiser le centre Qi

Trouver le centre du Qi d’une pièce est un travail assez simple dans lequel se mêlent analyse et intuition.

Se placer dans chaque angle de la pièce et regarder vers le centre et l’angle opposé.

Chercher les intersections entre les diverses diagonales.

Avec l’expérience, cette façon de procéder deviendra plus intuitive, et l’on pourra ressentir presque physiquement le centre du Qi de la pièce.

Pour trouver le centre du Qi d’une habitation, il faut disposer du plan du rez-de-chaussée et tenir compte des fondations, ce qui est plus délicat.

Lorsqu’il manque un angle à la pièce (en fait lorsque la pièce est en forme de L ou de Y), il faut tenir compte, de l’angle absent, comme s’il existait.

D’une manière générale, le centre du Qi d’une pièce ou d’une habitation ne doit pas être encombré de grands meubles et d’objets électroniques, de façon à garder pur l’espace spirituel de la pièce.


Couloirs et corridors

Les couloirs et les corridors sont les conduits de circulation du Qi de la maison, comme le sont les méridiens d’acupuncture pour l’énergie humaine.

Pour que le Qi circule correctement et donne son énergie à toutes les pièces, on devrait éviter :

  • Les couloirs trop nombreux qui dispersent et fractionnent l’énergie.
  • Les couloirs trop longs et rectilignes qui engendrent une flèche empoisonnée à l’intérieur même de la maison, créant une énergie électrique propice aux maux de tête et affaiblissements nerveux.
  • Les couloirs trop étroits qui concernent le Qi et rendent lourd et tendu.
  • Les couloirs sombres, ou pourvus de recoins sombres, qui permettent l’accumulation d’une énergie Yin propice au développement de vibrations négatives en rapport avec le monde de l’astral.

La solution aux couloirs trop longs ou trop sombres consiste à placer des objets qui reflètent le Qi et le vivifie, par exemple des mobiles placés au plafond au milieu du couloir


Escaliers

Comme les couloirs, les escaliers sont les conduits du Qi de la maison, ils tissent le lien entre les différents étages. Si cette énergie est obstruée, torturée, on peut alors les considérer comme mal conçus du strict point de vue du Feng Shui : les escaliers abrupts et étroits, fréquents dans les maisons ou appartements anciens et rénovés, altèrent la bonne circulation du Qi.

Les escaliers en colimaçon sont du point de vue du Feng Shui nettement indésirables car produisant une énergie nocive. Notez qu’une simple courbe dans un escalier n’est pas considérée comme une spirale.

Enfin l’escalier principal menant à l’étage supérieur ne devrait pas se tenir juste en face de l’entrée principale. Dans ce cas, l’énergie serait en majeure partie aiguillée vers l’étage et ferait défaut au rez-de-chaussée.

Il existe malheureusement peu de remèdes de Feng Shui pour les escaliers. Placer un pot garni de fleurs dans un escalier en spirale est une gageure.

On peut cependant utiliser des tableaux le long des murs qui jouxtent l’escalier, ou utiliser une plante grimpante qui s’enroule autour de l’axe.


La cuisine

Pour un expert de Feng Shui, la cuisine est en étroite relation avec l’énergie vitale des occupants de la maison ou de l’appartement.

  • La cuisine devrait occuper une position centrale dans la maison, en particulier si la famille est nombreuse.
  • L’entrée de la cuisine ne devrait pas être directement visible lorsque l’on pénètre dans la maison par la porte d’entrée principale.
  • La forme de la cuisine devrait être systématique.
  • La présence d’un élément central est tout à fait souhaitable. Certaines cuisines modernes présentent cette configuration.
  • La personne qui fait la cuisine ne devrait pas se trouver le dos tourné vers la porte d’entrée, mais de côté, ou face à celle-ci, de façon à bénéficier elle-même des vibrations du Qi nutritif.


Le salon

Le salon est l’espace de rencontre d’une maison ou d’un appartement : rencontre entre les différents membres de la famille, les amis et parfois les étrangers. C’est aussi un espace de détente et d’amusement. On y prend également le repas de fête, tout comme en Asie.

Cette notion d’espace et de liberté doit être maintenue par un agencement permettant à l’énergie de bien circuler.

La préservation du centre de la pièce, le centre du Qi, est essentielle. Il n’est pas souhaitable d’y placer un objet encombrant. Par exemple, on évitera de placer la table en plein centre de la pièce, ou un téléviseur.

Si la bonne circulation du Qi doit être favorisée, il faut de plus éviter les « courants d’air » du point de vue du Feng Shui. Par exemple, placer le canapé le dos à l’une des portes n’est certainement pas une bonne idée.

Ce salon peut être décoré de façon attractive sans toutefois charger l’espace avec des objets massifs ou des bibelots trop nombreux qui le transforment en magasin d’antiquités.


La chambre

Le sommeil constitue la période la plus passive du cycle journalier. Selon les maîtres de Feng Shui, le sommeil est la porte d’entrée vers les retrouvailles avec le moi profond. La période onirique est parfois illuminée d’espaces tranquilles ou de cauchemars effrayants. Le sommeil peut être lourd comme le plomb ou léger et paisible comme le vol d’un goéland.

C’est pourquoi la chambre reste l’endroit le plus intime d’une maison ou d’un appartement. On y recherche :

  • Repos salvateur.
  • Tranquillité de l’esprit.
  • Isolement des activité mondaines.
  • Et intimité...

Dans cet esprit, la chambre doit rester un espace calme, hors de toute circulation intempestive d’énergie.

En bref, la chambre doit être l’endroit le plus protégé de la maison, afin que ce contact avec le monde de l’astral puisse être le plus profitable possible.


Energies nocturnes

Voici les principes essentiels du Feng Shui concernant la chambre :

  • Evitez que votre chambre soit un endroit de passage d’une pièce à l’autre, ôtant ainsi toute tranquillité à la pièce.
  • Faites en sorte de voir la porte d’entrée de la chambre lorsque vous êtes allongé sur le lit. L’impossibilité de voir une personne entrant dans votre chambre lorsque vous êtes allongé provoque un stress permanent, même si la maison est vide.
  • Evitez de faire face à un escalier lorsque vous êtes allongé, en particulier si cet escalier est en colimaçon.
  • Evitez de dormir sous des poutres apparentes, sises juste au-dessus de votre oreiller. En particulier si ces poutres sont placées en travers par rapport à votre corps allongé.
  • La forme générale de la chambre, semblable en cela à la cuisine doit être la plus régulière possible, les formes irrégulières ne siéent pas à une chambre car elles produisent des recoins propices aux stagnations d’énergies négatives.


Direction de votre lit

La direction vers laquelle pointe la tête du dormeur est l’un des points les plus important pour la santé, selon les experts de Feng Shui.

Cette direction est personnelle et dépend de votre biorythme de naissance, calculé selon les huit énergies des trigrammes du Yin Jing.

La direction du trigramme de naissance est l’une des meilleures vers laquelle orienter son lit, mais il existe trois autres possibilités :

Par exemple pour une personne de sexe féminin née en 1954, le trigramme est le numéro 5, ses directions favorables sont : Nord-Est, Ouest, Sud-Est. Elle peut donc orienter son lit vers l’une de ces trois directions.


Les huit directions

Les directions favorables et défavorables au Qi sont définis en fonction de votre biorythme de naissance.

Cet aspect « astrologique » du Feng Shui peut sembler irrationnel à certain. Cependant, ces même biorythmes servent de base à un système d’acupuncture toujours pratiqué ans les hôpitaux de médecine traditionnelle en Chine et au Japon. La méthode dite de la Tortue spirituelle utilise les huit trigrammes du Yi Jing comme base binaire du calcul de la succession des cycles énergétiques. Il existe encore d’autres tableaux biorythmiques qui permettent en Chine d’aider la météorologie ou de prévoir certaines maladies épidémiques.

De nombreux instituts de médecine traditionnelle se sont penchés sur ces cycles complexes et ont collecté des statistiques probantes.

Les directions rehaussées en gras dans le tableau montrent les meilleures sources personnelles de Qi pour un individu, elles peuvent aussi être utilisées pour déterminer la meilleure direction pour une porte d’entrée d’habitation ou pour la pratique des exercices de santé (Qigong, Daoyin Yoga).


De nombreux angles

Voici l’exemple typique du plan d’un intérieur moderne, esthétique, qui cependant, du point de vue du Feng Shui, présente de graves défauts.

Les quatre angles du salon dardent leurs rayons vers les deux zones A et B. Cette configuration provoque une accélération du Qi dans la pièce. Cet affolement de l’énergie perturbe les deux zones situées à la croisée des ondes de forme.

Une telle configuration, bien qu’esthétique au regard des canons modernes, ne peut que créer une impression de stress lorsque l’on se trouve au niveau de ces deux zones. Pire, l’énergie hépatique peut être altérée, si, par malheur, on s’installe dans un fauteuil situé à ces emplacements : migraines, indigestions, fatigue oculaire et irritabilité peuvent apparaître rapidement. Le seul point positif de cet agencement est, bien sûr, le dégagement central, libre de meuble, qui laisse le centre vital de la pièce respirer. Celui-ci apporte une impression agréable à l’œil et à l’énergie des occupants.

Comme il semble difficile de modifier l’architecture de cette pièce sans engager des travaux coûteux, la seule solution est de placer au cœur des zones perturbées des correcteurs d’énergie. La tradition du Feng Shui conseille dans ce cas de placer dans ces zones un aquarium ou une plante verte. Ces deux éléments « vivants » absorberont le Qi erratique et l’accumuleront de manière positive.


CHAPITRE 5 : LES REMEDES DU FENG SHUI

RETABLIR L’HARMONIE

Le Feng Shui dispose de plusieurs moyens simples pour rétablir l’harmonie sans devoir entreprendre des travaux coûteux et des modifications architecturales. Bien sûr, une maison construite sur un site idéal selon les règles du Feng Shui sera toujours préférable à une maison présentant des aspects difficiles. Mais les remèdes du Feng Shui sont efficaces et peuvent améliorer considérablement un environnement. Ces remèdes sont tellement simples que l’on peut parfois se demander comment ils agissent : est-ce dans notre propre esprit sous la forme d’une autosuggestion ou ont-ils une action par leur onde de forme ou quelque pouvoir magique ? Il est difficile de répondre à une telle question car l’action de ces remèdes agit parfois sur notre subconscient, parfois de façon énergétique comme les aiguilles d’acupuncture.


Les miroirs du Feng Shui

Contrairement à une opinion répandue, les miroirs sont d’utilisation assez récente dans le travail d’harmonie du Feng Shui.

Les textes les plus anciens n’en font pas mention. Les miroirs sont en fait capables de réfléchir certaines qualités d’énergie bonne ou mauvaise, ils sont neutres dans leur action.

  • Si la force réfléchie est destructrice, elle est reflétée ailleurs, c’est l’action d’un miroir que l’on va placer juste au-dessus de sa porte d’entrée, discrètement sous un panneau de bois décoratif afin d’éloigner la flèche empoisonnée, dirigée sur votre habitation. Dans ce cas, plus la taille du miroir est grande, plus l’effet est notable.
  • On utilise aussi les miroirs pour faire circuler l’énergie positive dans une maison. Par exemple pour refléter la porte d’entrée de votre chambre si vous ne la voyez pas de votre lit.
  • On peut également disposer plusieurs miroirs pour agrandir artificiellement l’impression d’espace dans une pièce trop chargée en énergie stagnante de type Yin.


Objets décoratifs et peintures

Une des meilleures façons de dynamiser une pièce sombre ou pauvre en énergie vivante consiste à placer des objets d’art aux bons endroits.

Certes, l’idée des experts de Feng Shui peut être différente de nos canons esthétiques modernes. En particulier, les anciens maîtres considèrent certaines peintures abstraites et géométriques comme nocives. Le choix des peintures se porte dans se cas sur des œuvres simples aux couleurs chaudes. On place ainsi différentes peintures sur les quatre murs cardinaux de l’habitation :

Direction Choix d’une œuvre
Nord En particulier, le mur Nord d’une habitation peut être vivifié par une telle peinture placée sur le mur ou sur une porte condamnée.
Est Des teintes fraîches et pures.
Sud Des objets ou peintures spirituels.
Ouest Une œuvre représentant un lac calme ou l’océan tranquille.

Les gardiens

De toute antiquité, les civilisations traditionnelles ont choisi des veilleurs réels ou symboliques à leurs espaces sacrés. A Bali, des veilleurs veillent toute la nuit aux portes des villages, armés de poignards sacrés pour empêcher l’arrivée de génies malfaisants.

En Chine, on considère qu’une simple sculpture de lion, de Dragon ou de chien est une bonne gardienne symbolique contre les énergies négatives de l’extérieur.

On peut aussi utiliser de plus petites sculptures ou peintures de ces animaux gardiens dans le coin d’une pièce où l’énergie stagne, propice aux accumulations de Qi de qualité Yin.

Les masques asiatiques représentant les lions ou les dragons peuvent aussi servir à cette cause à condition toutefois de vérifier qu’ils ne sont pas des objets employés dans des cérémonies.

D’autres types de statues sacrées sont une bonne occasion de contrecarrer des vibrations difficiles dans une habitation. On choisit alors ces objets en accord avec ses propres convictions. Il est toutefois préférable que ces objets soient sanctifiés par des religieux.


Plantes vivaces

Tout comme les buissons et les arbres sont bons pour isoler une maison des influences difficiles de l’extérieur, les plantes d’intérieur peuvent redonner vie à une pièce pauvre en énergie vitale.

A l’extérieur, les buissons et les taillis sont un bon moyen de protéger un site fragile. Par exemple, si une maison se trouve sur un terrain plat, en plein vis-à-vis de voisins, une solution simple consiste à faire pousser une haie. Même si celle-ci n’est pas suffisante pour cacher la vue de la maison d’en face, l’énergie de votre environnement sera cependant protégée, selon les experts de Feng Shui.

Si l’on ne peut pas utiliser de plante d’extérieur, comme dans le cas d’un appartement, on peut les employer à l’intérieur pour deux raisons :

  • Pour vitaliser une pièce pauvre en énergie (pièce sombre ou mal irriguée par une porte étroite).
  • Pour isoler une fenêtre qui donne sur un environnement agressif comme un grand immeuble doté de baies vitrées qui réfléchissent comme des miroirs. Ces immeubles modernes sont la hantise des maîtres de Feng Shui à Hong Kong.


Epées et pièces

Pour les taoïstes, l’épée est un symbole sacré, en rapport avec les arts martiaux et la chevalerie antique de l’école de Mo Zi. L’épée est alors considérée comme l’exorcisme suprême contre les forces du mal. L’immortel Lu Dong Bin fit de l’épée un art d’alchimie interne semblable au Taiji Quan.

Pour qu’une épée soit valable comme remède de Feng Shui, elle doit porter la gravure des sept étoiles sacrées de la constellation du Nord de chaque côté de la lame.

Cette épée cérémonielle représente la justice divine et la pureté spirituelle.

On la suspend, à la manière traditionnelle, c’est-à-dire horizontalement au-dessus d’une porte ou d’une fenêtre accueillant une mauvaise énergie.

Les pièces de monnaie chinoises sont aussi utilisées comme des sortes de talismans de bonne fortune. Elles sont rondes et percées d’un carré au centre qui représente la terre.

On les noue ensemble par un fil rouge, par groupe de cinq ou sept, au-dessus de la porte principale de l’habitation.


Le Bagua

Les huit trigrammes du Yi Jing, ou Bagua, dessinent une conception de l’univers de base binaire dont le mathématicien Leibniz s’est inspiré dans sa découverte du calcul binaire. Le calcul binaire est à l’origine de la plupart des langages de l’informatique. Selon les anciens taoïstes, les Bagua représentent la base de toutes les combinaisons possibles de l’énergie de cet univers. Ce symbole ancien peut se présenter en différentes configurations dont les plus célèbres sont les deux arrangements suivants :

  • Celui du Ciel antérieur, qui représente l’ordre spirituel originel.
  • L’ordre du Ciel postérieur, qui montre l’alternance des cycles de l’impermanence.

Il existe d’autres combinaisons plus ésotériques qui furent parfois utilisées dans des rituels.

Le Bagua est un symbole puissant que les experts de Feng Shui utilisent peint en rouge ou en jaune. Ils se placent au-dessus de la porte d’entrée, tourné vers l’extérieur, ou placé sur les murs des pièces à problèmes. On peut aussi le peindre en choisissant les couleurs des traits personnalisés.


Carillons et clochettes

Les petits mobiles chantant que l’on place au-dessus ou derrière une porte sont devenus, au fil du temps, des remèdes de Feng Shui.

Ces bibelots rappellent les cloches et gongs des temples orientaux et sont associés à un sentiment de sérénité. Pour les taoïstes, chaque son est en rapport avec les éléments constitutifs de l’univers. Plus encore, les sons sont considérés comme un passage entre ce monde et l’au-delà.

C’est pourquoi on doit être prudent sur le choix des carillons et des mobiles chantants. Les objets traditionnels, construits dans les règles, sont en général dotés de bonnes vibrations.

Dans les temps anciens, certaines cloches et gongs servaient, dans les temples, à éloigner les fantômes et autres énergies négatives.

Certains taoïstes sont cependant méfiants devant l’usage profane de ces carillons et leur multiplication.

On devrait s’en servir avec mesure, soit pour le hall d’entrée, soit pour pendre dans les couloirs longs et exigus qui constituent une flèche empoisonnée.


Calligraphies de l’énergie

Ces calligraphies étranges dessinées sur du papier rouge sont l’une des branches d’étude les moins connues de la voie du Tao. Certains les nomment talismans car elles sont connues pour être le réceptacle des énergies de la nature et de l’esprit.

Ceux qui pratiquent l’art de la calligraphie taoïste s’inspirent de modèles traditionnels ou inventent spontanément des figures selon leur perception du Qi. Cette perception doit être la plus pure possible et les canaux spirituels du pratiquant ont subi un nettoyage intensif. C’est pourquoi, en Orient, on considère la calligraphie comme un acte sacré.

Ces calligraphies peuvent être acquises dans certains magasins chinois ou copiées sur des ouvrages d’art. Il est important d’en connaître la signification et de les utiliser à bon escient en les plaçant sur le mur d’une pièce, ou dans un cadre placé sur une table.

Il est souhaitable d’en posséder de traditionnelles bénies par un prêtre taoïste.

La calligraphie est utilisée dans les chambres d’enfant pour chasser les mauvais rêves et la peur du noir.


Feng Shui en action

Le cabinet de kinésithérapie est l’exemple même d’un Feng Shui difficile corrigé par quelques mesures simples mais efficaces.

  • L’un des aspects les plus difficiles de la pièce de soin vis-à-vis des immeubles dominant cette pièce essentielle. De plus, cette fenêtre était censée être la Tortue noire, la protection du cabinet. La solution choisie a été de laisser la lumière pénétrer en cachant cependant la vue vers les immeubles par une peinture translucide.
  • Le second point délicat est la porte d’entrée : celle-ci était rendue d’accès difficile par une cage d’escalier étriquée. La solution : renforcer l’énergie de cette entrée à l’aide de motifs décoratifs, affiches, étagères, couleur rouge de la laque murale. Ainsi, le Phénix rouge, le Sud de ce cabinet, est renforcé. Ce qui est essentiel pour la venue de la clientèle.
  • Enfin, la table de soins est protégée par la présence de plantes vertes de chaque côté et une étagère placée à la tête du patient. Ce côté était faible du point de vue du Feng Shui à cause de l’étroitesse de la pièce.


Cinq éléments

Dans un environnement où l’énergie du Métal domine, on utilise l’énergie de l’Eau pour nourrir le Bois (cycle naturel des cinq éléments). Un bon exemple de cette régularisation est l’utilisation d’un aquarium ou d’une petite fontaine d’intérieur.

Si l’énergie du Feu domine la pièce, on relève l’énergie de la Terre. Des objets en terre cuite, de la porcelaine ou des sculptures en terre ou en pierre seront d’une grande utilité.

La domination de la Terre peut être diminuée en faisant appel au Métal. Des objets en métal seront les bienvenus dans l’environnement : bols « tibétains », clochettes décoratives, mobiles en métal...

Si l’Eau domine la pièce (position géographique au Nord, pièce froide, etc.), on emploie l’énergie de la Terre pour adoucir les effets négatifs.

Lorsque le bois domine l’environnement, on utilise plusieurs lampes rouges (teinte de l’abat-jour ou de l’ampoule).


Remèdes des cinq éléments

Le tableau suivant résume l’action des remèdes aux éléments dominants :

Elément Remèdes Objet
Bois Feu Lampes rouges, tableaux aux couleurs chaudes.
Feu Terre Poteries, objets en or, peintures à dominantes jaunes.
Terre Métal Objets en métal, épées cérémonielles, pièces de monnaie.
Métal Eau Fontaine d’intérieur, aquarium, représentations de scènes aquatiques paisibles.
Eau Terre Plantes vertes, paysages sylvestres.

Principe d’action des éléments

On utilise en fait l’énergie de l’élément Feu de façon à contrôler harmonieusement le cycle des éléments.

Si l’on employait l’énergie de l’élément de contrôle on réduirait trop l’ensemble de l’énergie en mouvement et on appauvrirait le lieu.

Cette règle subtile du contrôle mutuel des éléments se retrouve dans l’acupuncture chinoise :

  • Le Bois est nourri par l’Eau.
  • L’Eau est nourrie par le Métal.
  • Le Métal est nourri par la Terre.
  • La Terre est nourrie par le Feu.
  • Le Feu est nourri par le Bois.

Ce jeu des cinq mouvements fondamentaux est simplement l’expression de cycles en actions.

Prendre ces outils au pied de la lettre, les assimiler comme des « lois divines » ne ferait que donner une image caricaturale du Feng Shui.


CONCLUSION

Bien que le Feng Shui plonge ses racines dans la vision taoïste de l’univers, cette conception d’une nature vivante en changement perpétuel n’est pas spécifique à la pensée chinoise.

Des anciens Indiens, Celtes, Amérindiens partagent cette appréhension de l’univers et de l’environnement. Le regard du Feng Shui lit au-delà des apparences et cherche le pouls de l’environnement.

Si certains de ces principes semblent artificiels ou ésotériques, il suffit de les mettre à l’épreuve de l’expérience.

Derrière cette lecture de l’environnement se cache un désir d’harmonie, de pureté qui prend sa force dans les idéaux spirituels les plus élevés.

Notre conception esthétique de notre environnement est par trop limitée par les modes et idées controuvées.

Si le Feng Shui n’était qu’un facteur de réflexion sur notre choix de société, il serait déjà d’un rôle immense. S’il pouvait déboucher sur une conception de l’urbanisme plus ouverte et plus responsable, il aurait atteint son but.

ME CONTACTER

Afin de me contacter, vous pouvez remplir ce formulaire, je vous répondrai dès que possible.

Ecrire votre Message

Fermer