Poésie

La poésie est un genre littéraire très ancien, aux formes variées, écrites généralement en vers mais qui admettent aussi la prose, et qui privilégient l'expressivité de la forme, les mots disant plus qu'eux-mêmes par leur choix et leur agencement. Sa définition se révèle difficile et varie selon les époques, au point que chaque siècle a pu lui trouver une fonction et une expression différente, à quoi s'ajoute l'approche propre à la personnalité de chaque poète.

Section Documents

Vous trouverez dans cette section quelques poèmes que j'affectionnent et quelques essais de ma propre plume.

Chanson d'automne

Paul Verlaine / 1844-1896

Les sanglots longs

Des violons

De l'automne

Blessent mon coeur

Monotone.


Tout suffocant

Et blème, quand

Sonne l'heure

Je me souviens

Des jours anciens

Et je pleure ;


Et je m'en vais

Au vent mauvais

Qui m'emporte

Deçà, delà,

Pareil à la

Feuille morte.

Plus ne suis ce que j'ai été

Clément Marot / 1492-1549

Plus ne suis ce que j'ai été,

Et plus ne saurais jamais l'être.

Mon beau printemps et mon été

Ont fait le saut par la fenêtre.


Amour, tu as été mon maître,

Je t'ai servi sur tous les dieux.

Ah si je pouvais deux fois naître,

Comme je te servirais mieux.

Rondel

Guillaume De Machaut / 1300-1377

Blanche comme lis, plus que rose vermeille,

Resplendissant com rubis d'Oriant.


En remirant vo biauté nonpareille,

Blanche comme lis, plus que rose vermeille.


Suis si ravis que mes (1) cuers toudis veille,

A fin que serve à loy de (2) fin amant,

Blanche comme lis, plus que rose vermeille,

Resplendissant com rubis d'Oriant.




(1) toujours.

(2) accompli.

La promenade du soir

Vincent Voiture / 1598-1648

Sous un habit de fleurs la nymphe que j'adore

L'autre soir apparut si brillante en ces lieux,

Qu'à l'esclat de son teint et celuy de ses yeux

Tout le monde la prit pour la naissante Aurore.


La terre, en la voyant, fit mille fleurs éclore ;

L'air fut partout rempli de chants mélodieux,

Et les feux de la nuit paslirent dans les cieux

Et crurent que le jour recommançoit encore.


Le soleil qui tomboit dans le sein de Thétis

Rallumant tout à coup ses rayons amortis,

Fit tourner ses chevaux pour aller près d'elle,

Et l'empire des flots ne l'eut su retenir ;

Mais la regardant mieux et la voyant si belle,

Il se cacha sous l'onde et n'osa revenir.

La nature en éveil

Garlin Ludovic / 1989

Le soleil apparut comme un phénix,

Fondant sur sa proie encor endormie

Au-dessus des cimes en forme d'X,

Eblouissant d'une clarté infinie.


Les monts sinueux en ce beau matin

Etaient recouverts de neige éternelle,

Les nuages voguaient vers leur destin

Bercés par une brise maternelle.


Les fleurs frémissaient comme un arbrisseau,

Un rayon reflété par un ruisseau

Ressemblait à la venue d'un archange.


Un filet d'eau ruisselait le long d'arbres

Passant sous un pont pour réapparaître,

Tandis que voletait une mésange...

ME CONTACTER

Afin de me contacter, vous pouvez remplir ce formulaire, je vous répondrai dès que possible.

Ecrire votre Message

Fermer